En tant que bassiste d’origine, je me devais de commencer cette série d’articles sur la synthèse sonore par la synthèse d’une basse. C’est également un des types de sons les plus cools à faire sur un synthétiseur à mon goût.

Je vais vous donner dans cet article les clés pour programmer un son de basse basique qui fonctionnera dans toutes les situations. L’article est agrémenté d’exemples sonores enregistrés sur mon Moog Voyager et mon Analog Four. C’est parti!

Les principes de base

Lorsqu’on programme un son de basse sur un synthétiseur en synthèse soustractive, qu’il soit analogique ou numérique, c’est souvent la simplicité qui paie. Un paramètre essentiel à prendre en compte va être la façon dont notre son va se fondre dans le mix. Il est aussi essentiel de ne pas surcharger le bas du spectre sonore sinon le morceau va perdre toute son énergie. Dans la majorité des cas un son de basse efficace doit avoir sa fondamentale autour de 300-400hz.

Quel genre de synthétiseur utiliser?

Une basse est toujours jouée une seule note à la fois dans l’immense majorité des morceaux, tous genres musicaux confondus. Cette observation est vraie pour des basses électriques, les contrebasses, et elle ne diffère pas pour les synthétiseurs. Pour cette raison, un synthétiseur monophonique sera particulièrement bien indiqué pour synthétiser une basse, même s’il est possible de le faire aussi avec un synthétiseur polyphonique. A cet égard ce n’est pas vraiment un hasard si la plupart des synthétiseurs de basse légendaires sont monophoniques, tels le Moog Voyager, Minimoog model D, Roland SH-101 ou autres Korg MS-20.

Le synthétiseur-type à utiliser pour générer une basse sera au minimum:

  • monophonique avec entre 1 et 3 oscillateurs,
  • équipé d’un filtre analogique ou typé analogique de -12 à -24dB/oct avec une enveloppe de filtre ADSR dédiée,
  • équipé d’un routage du LFO vers la fréquence de coupure du filtre

En option, les caractéristiques suivantes sont un plus:

  • D’autres routages pour le LFO
  • La possibilité de router une enveloppe vers le pitch
  • Pour les effets: Chorus, delay, saturation, distorsion et arpégiateur
  • Dans le cas de l’utilisation d’un synthétiseur polyphonique, l’utilisation de l’unison avec du détuning permet de grossir pas mal le son.
  • Sur les sons de basse les arpégiateurs marchent particulièrement bien car les motifs sont souvent répétitifs.

 


Par où commencer? Trouver un son de base

Pour commencer, choisir une forme d’onde sur un seul oscillateur et dans le cas de l’utilisation d’un synthétiseur polyphonique, le régler en monophonique si c’est possible.

Les oscillateurs et le choix de la forme d’onde

En synthèse soustractive la plupart des synthétiseurs disposent des formes d’onde basique suivantes:

 

Dent de scie

    Dent de scie
Carré

Carré

Impulsion

Impulsion

Triangle

Triangle

Auxquelles il faut rajouter le sinus, qui est plus rare car pas très différent du triangle en terme de sonorité et moins intéressant que ce dernier car ce signal n’a pas d’harmoniques.

Pour programmer une basse les formes les plus intéressantes sont la dent de scie et le carré.

La dent de scie donne un son brillant car elle comporte la totalité des harmoniques, les paires et les impaires. C’est un son très intéressant à filtrer par la suite et qui ressort très bien dans un mix.

Le carré donne un son creux avec des harmoniques impaires seulement. C’est personnellement la forme d’onde que je préfère pour synthétiser une basse car elle donne une basse bien solide.

Il peut être intéressant aussi de jouer sur la largeur d’impulsion du carré pour affiner le son. Plus on réduit la largeur d’impulsion plus le son va s’affiner jusqu’à ressembler à la dent de scie. Etrangement, certains synthétiseurs comme le MS-20 génèrent des basses plus énergiques lorsqu’on réduit la largeur d’impulsion.

Le triangle et le sinus sont trop ternes pour être vraiment intéressants pour une basse. Ils peuvent en revanche être utiles pour un sub-oscillateur.

La transposition

Une basse ce ne sera jamais qu’un son quelconque que l’on va transposer plus bas d’un ou plusieurs octaves. Partant de ce constat il va falloir transposer notre son pour qu’il sonne comme une basse.

Nous avons ici 2 possibilités:

  • Transposer le clavier de -1, -2 octaves ou plus si le synthétiseur le permet.
  • Transposer les oscillateurs

Je suis plutôt partisan de la 2ème option car au moins lorsqu’on réutilise le même son des semaines ou des mois plus tard ou qu’on utilise un clavier ou un séquenceur différent on n’a pas à reprendre ce réglage.

Pour faire ce réglage:

  • Vérifier que la transposition du clavier est à 0.
  • Jouer la note la plus grave du clavier et régler l’octave à la valeur la plus basse possible tout en gardant le son audible. Avec certains synthétiseurs ce réglage sera à 32′, avec d’autres il sera à 16′.
  • Si on prévoit d’utiliser un sub oscillateur, remonter la transposition d’un octave pour laisser de la place au sub oscillateur.
Transposition oscillateur

Le réglage de transposition d’un oscillateur sur le Moog Voyager

Comment régler le filtre?

Le filtre revêt une importance capitale pour un son de basse. Il faudra toujours utiliser au moins un filtre passe-bas pour couper les hautes fréquences.

Filtre passe bas

Le diagramme de Bode d’un filtre passe-bas

Les enveloppes de filtres marchent particulièrement bien pour les sons de basse car ils permettent de mettre en valeur la fondamentale. Je vous encourage à les utiliser dès que vous voulez que le son de la basse se démarque dans un mix.

Pour ce faire, régler le cutoff du filtre jusqu’à obtenir le son le plus grave que l’on désire.

Régler ensuite la profondeur de l’enveloppe de filtre pour qu’elle atteigne la brillance maximale désirée.

Régler les paramètres ADSR de l’enveloppe de filtre pour obtenir l’effet désiré.

Un réglage que j’affectionne particulièrement pour les basse sera:

  • Attack à 0
  • Decay à une valeur assez courte
  • Sustain à 0
  • Release soit à 0, soit à une valeur assez longue
Enveloppe de filtre

Un type de réglage d’enveloppe de filtre que j’aime bien utiliser pour une basse. Le paramètre le plus important est ici le decay.

Voici deux exemples de basse qui commence sans enveloppe de filtre. L’enveloppe arrive ensuite progressivement et met en valeur la fondamentale:

Quelles modulations sont intéressantes?

Il y a quelques modulations classiques pour un son de basse qui font appel aux enveloppes et aux LFO.

Les enveloppes

Le plus classique: l’enveloppe de filtre comme déjà mentionné plus haut

Il est également possible de mettre une enveloppe de pitch avec des résultats intéressants.

Le LFO

Sur un son de basse le LFO peut servir à moduler le filtre. C’est un classique que l’on retrouve dans les sons de type dubstep.

Dans l’exemple sonore suivant le LFO arrive progressivement et sa vitesse varie:


Les options pour grossir le son

Une fois passé les étapes précédentes votre son de base est réglé on peut utiliser les options suivantes pour grossir le son au besoin:

Augmenter le nombre d’oscillateurs

Lorsqu’on rajoute un ou plusieurs oscillateurs dans le mix, il faut que ceux-ci ne soient pas exactement réglés comme le premier oscillateur sinon il n’y aura aucune incidence si ce n’est en terme de volume. Il est bien plus intéressant de les désaccorder légèrement voire à l’extrême. Désaccorder légèrement deux oscillateurs entre eux va déphaser le son et produire un effet de pulsation et d’espace. C’est l’option la plus couramment utilisées pour produire le son classique de “Reese bass”.

Il peut être utile dans certains cas d’avoir le 2ème oscillateur réglé à l’octave (+12 demi-tons) ou à la quinte (+7 demi-tons). On peut aussi combiner un ou plusieurs octaves ou quintes avec des effets intéressants (+19 demi-tons, +24 demi-tons, +31 demi-tons, etc…).

L’exemple sonore ci-dessous commence avec un seul oscillateur puis un 2ème oscillateur est progressivement mixé avec le premier. L’effet de pulsation est très audible:

Ajouter un sub-oscillateur

Les formes de sub les plus courantes sont le triangle ou le carré. Il est possible de rajouter un sub-oscillateur sur un son de basse mais attention au mix de celui-ci avec les oscillateurs principaux. Il faut mixer le sub avec parcimonie au risque de faire disparaitre l’énergie des oscillateurs principaux.

Choisir une sub carrée booste les medium du résultat final. Choisir une sub triangle booste les fréquences les plus basses mais s’entend moins que la sub carrée.

L’exemple sonore ci-dessous consiste en une dent de scie sur l’oscillateur principal puis une sub carrée est ensuite mixée:

L’exemple sonore ci-dessous est la même chose mais avec une sub en triangle:

Moduler la largeur d’impulsion

Dans le cas de l’utilisation d’un seul oscillateur en carré: utiliser la modulation de largeur d’impulsion (PWM) pour produire un effet similaire au détuning avec plusieurs oscillateurs.

Utiliser l’unison (synthétiseur polyphonique seulement)

Dans le cas de l’utilisation d’un synthétiseur polyphonique, utiliser l’unison avec du détuning peut grossir énormément le son. Plus on va augmenter le nombre de voix, plus le son va grossir. Le détuning produit un effet de pulsation similaire au détuning sur plusieurs oscillateurs.

Ci-dessous un exemple d’utilisation de l’unison avec l’Analog Four. Les 4 voix du synthétiseur sont utilisées.

Utiliser des effets

Un son de basse doit la plupart du temps rester basique pour être efficace. Personnellement je ne suis pas trop fan des effets sur une basse mais pour des résultats intéressants on peut utiliser:

  • chorus pour une impression d’espace ou pour augmenter l’effet de détuning.
  • saturation
  • distorsion
  • delay (avec parcimonie)

La réverb est à éviter.

L’exemple sonore suivant illustre l’utilisation du chorus:

L’exemple sonore suivant illustre l’utilisation de la saturation:

Utiliser un égaliseur ou un compresseur

Une fois toutes les autres possibilités épuisées il est toujours possible d’ajuster le son en aval, c’est-à-dire en dehors du synthétiseur par l’utilisation d’un égaliseur ou d’un compresseur si le synthétiseur n’en comporte pas.

  • Utiliser un égaliseur pour booster ou atténuer certaines fréquences.
  • Utiliser un compresseur pour gonfler le volume perçu.

En conclusion

Pour conclure cet article qui m’aura demandé pas mal de temps de gestation, je vous invite à laisser vos trucs, astuces ou questions concernant votre propre synthétiseur dans les commentaires.

Si cet article vous a plu, restez à l’affut car j’en ai d’autres en préparation pour d’autres types de sons.

Partager l'article:
  •  
  •  
  •  
  •